PARTAGER

L’orange – un conte de Noël

 

un conte de Noël – Un fruit en Or

Un drôle de cadeau

 

 

Dimanche. Je me réveille.

Une douce odeur de petits gâteaux sortants du four s’échappe du couloir, me donnant le courage et l’envie de me lever…
J’ouvre les volets et, stupeur ! Tout est blanc !  La clarté de ce blanc encore immaculé m’éblouit, le froid glacial m’assaille et ne me donne qu’une envie : me remettre sous ma douce couette…

J’enfile alors ce gros pull en laine qui gratte, mais qui est tellement doux et me tiens tellement chaud… mes grosses chaussettes, et commence à me diriger vers la porte de ma chambre. Je l’ouvre et tombe sur mes chaussons avec un drôle de paquet à l’intérieur…

 

Encore à moitié endormie, malgré le froid extérieur, je me penche pour l’attraper…
Le paquet est en forme de boule, pas plus grande que mon poing.
Le tissu qui entoure l’objet est délicat et doux. D’une légèreté incomparable, il brille d’un reflet nacré lorsqu’un rayon de soleil entre par la fenêtre… à première vue, ça doit être de la soie…

 

Une soie délicate, blanche, avec un ruban rouge qui maintient le tout ? Une odeur qui m’est familière s’en échappe…
Une question me vient à l’esprit : « Qu’est-ce qui pourrait être sphérique et assez précieux pour être emballé dans une soie si raffinée ? ».

Surprise, je vois un petit mot, écrit à l’encre sur un petit carton brun, accroché au ruban « Joyeux Noël, ton papy ».

C’est vrai ! nous sommes le 25 décembre… C’est Noël !

 

Une pierre précieuse qui pousse aux arbres

 

Je décide donc d’aller dans la cuisine, rejoindre mon grand-père.
J’entre, le cadeau à la main, encore emballé.

 

« Bonjour et joyeux Noël petit loir ! » Me lance mon grand-père.
«…bonjour… et joyeux Noel… » M’efforçais-je de répondre.

 

Je m’assois à table pour déballer le cadeau mystère.
Mon grand-père, un sourire un peu narquois au visage, s’assois également avec sa tasse de café pour observer la scène…

 

« Encore une mauvaise blague de sa part ? » pensais-je…

 

Je dénoue le ruban, retire le tissus et… une orange apparaît !
Je regarde mon grand-père, d’un air un peu étonné et avec un sourire forcé : « Me…mercii ?! ».
Il a un grand sourire. Me regarde. Regarde l’orange. Me regarde à nouveau… et éclate de rire !

 

Je ne sais pas comment le prendre :

« Une orange ? c’est…tout ? » lui demandais-je.
Il se ressaisit et d’un air sévère et strict me répond : « Tu n’es pas contente de recevoir le fruit d’or ? ».

 

Orange, fruit de Louis XIV

 

« Le fruit d’or ?» lui demandais-je.

« Je vais te compter une petite histoire… si je t’ai offert une orange ce matin, ce n’est pas par hasard. Connais-tu la tradition du cadeau de l’orange de Noël ? »

« Vaguement mais pas en détails… je sais juste que les enfants en recevaient autrefois s’ils avaient été sages, et que sinon ils recevaient du charbon dans leur souliers ».

« Tout à fait !
…Au Moyen-Âge et pendant longtemps, l’orange était considérée comme un aliment prestigieux. On la consommait uniquement lors des grandes occasions ! Elle est alors devenue le cadeau traditionnel offert aux enfants à Noel. Mais… ce n’est pas tout… Seul les enfants sages avaient le droit de recevoir une orange de Noël dans leur soulier. Ces oranges étaient parfois décorées avec différents motifs et souvent emballées dans des papiers de soie, comme celui-ci.
Contrairement aux enfants pas sages qui eux, recevaient, un bout de charbon ou une pomme de terre, j’avais d’ailleurs hésité à te faire la blague… Quoi qu’il en soit, cette tradition de Noël a quand même perduré jusqu’en 1950 !! »

« Belle petite histoire et je suis bien contente d’avoir reçu une orange et non une pomme de terre, mais pourquoi le fruit d’or ? Tu ne m’as toujours pas répondu… » lui dis-je avec un air dubitatif et moqueur.

« Tu es trop impatiente » Me répondit-il en s’esclaffant. « L’orange n’est en fait apparue qu’au 15ème siècle en Europe. Ce fruit plut tellement au roi Louis XIV, qu’il a fait construire une orangerie à Versailles, afin d’en avoir toute l’année à proximité ! c’est donc le fruit d’un roi… »

« ah oui ! la fameuse orangerie construite avant même que le château ne soit fini ? »

« C’est ça. En fait elle a été construite en 1663 avant même que les travaux du château ne débutent. Mais la tradition d’offrir un orange, bien qu’elle ait été implantée chez nous par les aristocrates pour montrer leurs richesses, date d’il y a encore plus longtemps…»

 

Un présent de qualité pour ses invités

Il marqua une pause, bu une gorgée de son café, puis repris :

« Il y a environs 2000 ans, la culture des agrumes se développait fortement en Asie, particulièrement en Chine, où l’orange a fait ses premières apparitions. Les chinois l’utilisaient particulièrement pour l’offrir aux invités de marque… »

« Mais l’orange n’est pas recherchée uniquement par soucis de rareté n’est-ce pas ? » demandais-je.

« En effet. Comme toute chose, la médecine s’en est emparé. L’orange était, elle l’est toujours d’ailleurs, recherchée pour ses vitamines ! C’est l’un des fruits les plus chargé en vitamine C ! en tout cas, je voulais t’offrir cette orange et cette histoire… tâche d’en faire bon usage ! » Il se leva, posa sa tasse, heureux de m’avoir raconté cette tradition de Noël.

« Merci pour cette belle histoire et merci pour cette orange… au final ça me fait vraiment plaisir » lui lançais-je avec un clin d’œil.

Il me fit un sourire pris son journal et, satisfait, alla faire sa première sieste de la journée au coin du feu…

Fin

 

UNE ORANGE AUJOURD’HUI, COMMENT S’EN SORTIR SUR NOS ETALES ?

Toutes ces histoires sont intéressantes, et si Roger vous les a contées, c’est parce qu’on aime l’histoire de chaque produit, et que chaque produit à son histoire.

Un mystère reste à élucider… quelle orange pour quand ?

Il existe 2 grandes catégories d’oranges : l’orange douce ou l’orange amère (orange de Séville).

Si vous voulez une orange, que ce soit pour réaliser un dessert, pour la manger pour faire le plein de vitamines ou pour la presser pour son jus, il vous faut tenir compte de la spécificité de chaque variété !

 

Les oranges à dessert

  • Navelina : forme ovale, très bonne qualité gustative, variété très juteuse (novembre à janvier)
  • Navel Washington : peau fine, chair ferme, peu de pépin, saveur douce (décembre à janvier)
  • Navel late : couleur orangée soutenue, très juteuse et de chair fine (mars à mai)
  •  Lane late : variété navel, saveur douce et agréable en fin de maturation (janvier-avril).
  • Caracara : variété navel, saveur sucré, peu acidulée et complexe, avec des effluves semblables aux fruits rouges ou à la canneberge.

 

 

 

 

 

Les oranges à jus

  • Salustiana : couleur orange brillant, teneur élevée en jus et sa saveur douce (décembre à mai)
  • Valencia late : variété la plus plantée au monde, chair très juteuse (mars à mai)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les oranges sanguines

  • Maltaise de Tunisie
  • Sanguinelli : ovale, variété de petit calibre, chair et peau de couleur rouge. Variété très juteuse, saveur légèrement acidulée (février à mai)
  • Moro : Petit fruit rond d’excellente qualité gustative (décembre à mars)
  • Tarocco : Excellente qualité gustative (décembre à mars)

 

 

 

 

 

 

 

Avec toutes ces informations que Roger vient de vous donner vous êtes rodés sur ces petits (grands…) agrumes !

Petite astuce : On voit souvent des oranges avec des clous de girofles plantés dans l’écorce… mais connaissez-vous son utilité ? Cette technique est utilisée pour décorer lors des périodes de fêtes mais permet également la diffusion d’une petite odeur douce de Noel si vous les posez sur un radiateur… A tester !!

PARTAGER

La boutique